top of page
IMG_6079.jpg
4058455.png

Eco-construction

Penser autrement notre habitat, en intégrant les contraintes environnementales, les ressources, l'emprise au sol, l'empreinte carbone… C'est un des objectifs que nous nous sommes fixés.

 

Le secteur de la construction est aujourd'hui un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre, c'est pourquoi nous souhaitons nous engager dans la recherche de solutions écologiques pour proposer des habitats résilients, bas carbone et accessibles à tous. 

Eco-construction
4058455.png

Des habitats écologiques

La dimension artisanale consistera essentiellement à proposer des habitats construits en matériaux locaux et bio-sourcés : terre, paille, chanvre, bois,... Nous constatons (et nous vivons nous-mêmes) une difficulté croissante pour les jeunes à trouver un logement sur notre territoire : hausse du prix de l’immobilier, flambée du prix des matériaux de construction habituels, contraintes réglementaires de plus en plus fortes. 

 

Nous avons conscience aussi de la forte empreinte écologique du bâti traditionnel. C’est pourquoi nous souhaitons nous inspirer d’expériences existantes et continuer à nous former pour proposer des habitations viables et innovantes. Nous avons étudié le rapport du Shift Project d’octobre 2021 dans le cadre du Plan de Transformation de l’Economie Française (PTEF). Ce rapport préconise 4 axes pour la décarbonation de l’habitat, l’axe 2 concernant la rénovation énergétique des bâtiments existants.

Pour les 3 autres, il s’agit de:

  • Faire preuve de sobriété dans les constructions neuves,

  • Décarboner la chaleur,

  • Mobiliser le bâtiment comme puits de carbone.

 

Ces trois axes sont cohérents avec des constructions en bois/chaux/chanvre par exemple. Une analyse de cycle de vie réalisée sur un mur chaux/chanvre a montré que son bilan carbone est négatif à raison de -20,69 kg éq. CO2 /m², un bâtiment en chaux/chanvre est donc bien un puits de carbone. Les constructions en paille et terre crue ont elles aussi un bilan carbone très faible et ne génèrent pas de déchets en fin de vie du bâtiment.

Une autre question cruciale relative au bâti est l’artificialisation des terres ; nous pensons à cet égard que des maisons semi-enterrées couvertes d’un toit végétalisé pourraient être une réponse pertinente, certaines expériences montrant même qu’il est possible d’installer un potager sur le toit de telles maisons.

 

Nous n’avons pas pour objectif de créer une entreprise générale de bâtiment, mais d’être en mesure à terme de répondre à la demande de particuliers.

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                   

bottom of page